On en sait un peu plus sur la prime vélo !03/12/2018  



Selon le projet de loi d’orientation des mobilités, présenté en Conseil des ministres le 26 novembre, l’employeur peut, de façon facultative, prendre en charge, tout ou partie des frais engagés par ses salariés pour effectuer le trajet entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail avec leur vélo personnel - électrique ou non - ou en tant que passager d’un covoiturage. Les sommes versées par l’employeur seraient exonérées de cotisations sociales, de CSG/CRDS et d’impôt sur le revenu à hauteur de 400 € par salarié et par an, dont 200 € au maximum pour les frais de carburant ou d’alimentation électrique.


Cette nouvelle prestation ne serait pas cumulable avec la prise en charge patronale de l’abonnement aux transports collectifs. Sur un même mois, les salariés devraient donc choisir entre les deux formes de participation.


 Autres articles sur le même sujet :
Permis de conduire à 1 € par jour ouvert aux motos

Le dispositif du « permis à 1 € par jour » a été assoupli le 1er juillet 2016 afin d'augmenter le nombre de bénéficiaires.

Qui va travailler en vélo ?

En 2015, seulement 2 % des actifs ayant un emploi vont travailler à vélo.

200 euros pour un vélo électrique

Valable jusqu'au 31 janvier 2018, cette subvention vise à accélérer la mobilité des Français.

Transport public collectif : vers un meilleur affichage des prix

À partir du 1er juillet 2017, un cadre unique harmonisé d'affichage des prix s'appliquera aux services de transport public collectif.

Les Français voyagent plus nombreux à l’étranger

Mondial Assistance enregistre des demandes d’assistance records sur l’ensemble de ses plate-formes pour la période du 1er-17 juillet 2017.

Automobile : La fin des vitres teintées

Dès 2017, il sera interdit de circuler avec une voiture équipée de vitres teintées au-delà de 30 %, à l'avant de l'habitacle.